blog.pagesd.info // Archives // Traductions

dQuery - Comment j'ai (bientôt) remplacé jQuery

2019-04-30 #javascript,#jquery

Ce billet est le premier d’une nouvelle petite série consacrée au développement de “dQuery.js”, une mini-librairie JavaScript ultra simple pour remplacer en partie jQuery.

  1. Comment j’ai (bientôt) remplacé jQuery
  2. Une version compatible IE9 / ES5
  3. Ma librairie pour manipuler le DOM
  4. La délégation des évènements en JS
  5. Délégation d’évènements et « event.target »
  6. Délégation d’évènements et iOS

Cela faisait déjà un petit moment que je voulais “abandonner” jQuery, ou plus exactement voir ce qui était faisable en Vanilla JS.

Ces derniers temps, jQuery évolue peu (surtout jQuery UI) et les différents navigateurs encore existants ont beaucoup moins de particularités. Je savais que ce qui pouvait “bloquer” pour mes jeux de solitaire, c’était le drag and drop à base de jQuery UI. Mais vu qu’il existe suffisamment de librairies indépendantes de jQuery pour le d&d, le “problème” serait donc résolu en temps voulu. D’autant plus que tous mes jeux n’utilisent pas le glisser-déplacer.

Je pouvais donc consacrer un peu de temps à chercher comment remplacer les fonctions de jQuery que j’utilisais par du JavaScript “brut”, à base de .querySelectorAll() et autres… Je voulais quelque chose de simple et léger, mais ce n’est pas encore évident de trouver une librairie de substitution qui fasse l’unanimité (sur la durée particulièrement).

J’ai donc travaillé dessus assez épisodiquement, au fur et à mesure des articles et des bibliothèques que je voyais passer à ce sujet. Et de temps en temps, je testais 2 ou 3 trucs, assez pour continuer à entretenir l’envie de faire plus.

Et puis un jour, Eureka ! Je tombe sur la librairie JavaScript NanoJS qui représente “pile-poil” ce que je cherche à faire : reproduire plus ou moins les fonctionnalités de jQuery et en particulier sa syntaxe $(...).

Comme conseillé par Vladimir Carrer, son auteur, j’ai très vite adapté cette librairie à mes propres besoins. Pour cela, j’ai commencé par recenser toutes les utilisations que je faisais de jQuery dans mes jeux, et finalement il n’y avait pas tant de trucs que ça (hors drag & drop) :

  • $(...).css(propriété, valeur)
  • $(...).hide()
  • $(...).show()
  • $(...).on(évènement, fonction)
  • $(...).addClass(une_classe_css)
  • $(...).removeClass(une_classe_css)
  • $(...).html(code_html)
  • $(...).append(code_html)
  • $(...).text(contenu_texte)
  • $(...).remove()
  • $(...).attr(un_attribut)
  • $(...).is(":visible")

Après pas mal d’essais, d’erreurs et de débogage, voici ce que ça a donné fin 2018, très largement copié / collé des sources d’origine de NanoJS :

!(function () {

  var nano = function (s) {
    if (typeof s === "string") {
      this.value = Array.prototype.slice.call(document.querySelectorAll(s));
    } else if (typeof s === "object") {
      this.value = [s];
    }
  };

  nano.prototype = {
    each: function (fn) {
      [].forEach.call(this.value, fn);
      return this;
    },
    css: function (a, v) {
      return this.each(function (i) {
        i.style[a] = v;
      });
    },
    hide: function () {
      return this.each(function (i) {
        i.style.display = "none";
      });
    },
    show: function () {
      return this.each(function (i) {
        i.style.display = "block";
      });
    },
    on: function (type, fn) {
      return this.each(function (i) {
        i.addEventListener(type, fn, false);
      });
    },
    addClass: function (v) {
      return this.each(function (i) {
        if (i.classList) {
          i.classList.add(v)
        } else {
          i.className += " " + v;
        }
      });
    },
    removeClass: function (v) {
      return this.each(function (i) {
        i.classList.remove(v);
      });
    },
    html: function (v) {
      return this.each(function (i) {
        i.innerHTML = v;
      });
    },
    append: function (v) {
      return this.each(function (i) {
        i.insertAdjacentHTML("beforeend", v);
      });
    },
    text: function (v) {
      return this.each(function (i) {
        i.innerText = v;
      });
    },
    remove: function () {
      return this.each(function (i) {
        i.parentNode.removeChild(i);
      });
    },
    parent: function () {
      this.value = [this.value[0].parentNode];
      return this;
    },
    attr: function (v) {
      return this.value[0].getAttribute(v);
    },
    is: function (v) {
      // Toujours $(..).is(":visible")
      return this.value[0].offsetParent !== null;
    },
  };

  window.$ = function (selector) {
    return new nano(selector);
  };

})();

Gros avantage, je suis passé de 85 ko pour jQuery 3.1.1 minifié à moins de 5 ko bruts. Seulement 88 lignes de Vanilla JS et je pouvais quasiment remplacer “tel quel” la librairie jQuery dans mon jeu de Golf solitaire !

Point positif, c’était possible de “refaire” jQuery (un morceau en tout cas). Et c’était génial d’avoir ce côté “jqueryesque” et de pouvoir faire des $(...), les enchainer style $(...).addClass(...).show()… Sans compter que tout ça est tellement simple que j’arrive même à comprendre le truc.

Petit problème, j’avais un peu galéré pour re-comprendre le fonctionnement des évènements. Ça marchait moyennement parce que j’avais dû remplacer les $(sélecteur).on(évènement, filtre, fonction) par des $(sélecteur + filtre).on(évènement, fonction) et que ça avait demandé quelques bidouilles dans le code source pour arriver au “bon” résultat.

Malgré tout, une telle simplicité c’était une véritable révélation. J’ai compris qu’il fallait que je m’accroche et que je continue sur cette voie. Avec NanoJS, j’avais enfin trouvé le bon truc qui me permettrait d’aller jusqu’au bout et de remplacer jQuery.

Pour l’instant, git push et c’est publié. On verra plus tard pour la suite de l’histoire…