blog.pagesd.info // Archives // Traductions

Tuer du code pour réussir

2009-10-08 #boulot,#code-killer

Dans les mois à venir, je vais avoir à participer à la re-écriture en ASP.NET MVC d’une application existante développée depuis des années en ASP.NET 1.1.

Après de longues tergiversations, il a bien fallu reconnaitre qu’une simple migration en ASP.NET 3.5 et de simples rustines n’étaient ni suffisantes ni envisageables (même pas en rêve mon ami !).

Le problème avec cette application, c’est qu’elle est le résultat d’un empilement continuel de nouvelles fonctionnalités (une fuite en avant perpétuelle ?) et qu’à aucun moment il a été accepté de prendre des pauses pour réaliser les consolidations nécessaires si on voulait que l’ensemble puisse évoluer (voire fonctionner) sereinement.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, on a la chance d’avoir une grosse … avec dans le tas des trucs certainement utiles mais aussi des trucs complètements stupides, des trucs réalisées pour faire plaisir à des gens qui n’ont jamais mis les pieds dans l’application, des trucs développés et toujours pas passés en production 1 an près, des trucs pour que “ça se fait tout seul y a rien à faire”, des trucs pour contourner d’autres trucs qui ne marchent pas comme on veut qui faudrait que ça marche, des trucs qu’on est pas sûr que ça serve mais yaka les laisser, des trucs qui prennent une éternité pour faire 3 fois rien, des trucs qui ont été demandés parce qu’on sait jamais ça pourrait toujours servir un jour ou l’autre…

Pour résumer ma pensée, il est plus qu’indispensable de commencer par un énorme travail de réflexion sur le contenu de ce ramassis avant même de penser à démarrer un Visual Studio. Et par réfléchir j’entends supprimer ce qui ne sert pas, supprimer ce qui ne marche pas, supprimer ce qui n’est pas indispensable, supprimer ce qui n’est pas faisable, supprimer ce qui prendra trop de temps à faire, etc… En bref éviter de re-développer des fonctionnalités en pagaille et prendre le risque de re-venir à notre point de départ…

Mon souci c’est que le spectre d’une migration iso-fonctionnelle flotte encore dans l’air : on part de tout ça et au final on veut toujours tout ça (et un peu plus) mais en mieux. Et comme on est très conciliants, on pourrait à la rigueur accepter de sacrifier quelques écrans à condition qu’on retrouve leurs fonctionnalités dans d’autres écrans…

Voilà donc un de mes stress du moment. Mais ce matin, qu’est-ce que je découvre dans mon Bloglines ? Un article des créateurs de Scout qui explique qu’en supprimant des tonnes de code (y compris des fonctionnalités), ils ont amélioré leur application tant d’un point de vue performance (jusqu’à x 10 sur les traitements les plus couteux) que satisfaction de leurs clients. Et en plus ils nous nous livrent les deux leçons que l’on peut en retirer :

  1. Arrêter de vouloir faire simple pour l’utilisateur final au prix d’une tarabiscotisation dans le code, mais chercher la simplicité dans la façon de faire (et perso, je pense que si c’est simple à faire, c’est évident à utiliser).

It turns out that simplicity and elegance for the end user can mean some awfully complicated stuff behind the scenes to make it work.

  1. Arrêter de perdre son temps sur l’ajout de nouvelles fonctionnalités soi-disant incontournables qui vont cannibaliser notre temps et notre énergie juste pour les mettre au point

If you’re running a web application and the majority of your work is spent delivering the service you advertised to your customers, you’re probably in bad shape.

Ca, ça me plait !